· 

Thomas Brac graveur héraldique

Découverte de la gravure héraldique

Montre Akrone K-04 métiers d'art en collaboration avec le graveur Thomas Brac
Montre Akrone K-04 " métiers d'art "

Après avoir obtenu son bac littéraire, Thomas commence une formation de 4 ans dans une école de dessin. Il apprend et découvre, d’abord, le dessin très académique et classique avant de s’ouvrir à d’autres champs artistiques : multimédia, dessins animés, infographie, par exemple.

 

Un jour, il va à la rencontre d’un graveur héraldique passionné sur les conseils de son père. Thomas « voit alors dans la gravure, un métier qui se perd, l’opportunité de conserver le dessin, la création en ajoutant l’aspect technique de l’artisanat ». Il commence donc une formation de gravure pour adulte à l’École Boulle, à Paris. À sa sortie de l’école, il travaille auprès d’un patron qui le forme pendant 4 ans. Il travaille ensuite quelques années dans le secteur de l’horlogerie suisse. Enfin en 2018, il se lance et crée son entreprise.


Qu'est-ce que la gravure ?

La gravure permet de créer des mots ou des dessins, par incision, en enlevant des copeaux de métal, de bois, de nacre, par exemple. Elle sert principalement pour la décoration d’objet, mais également pour l’impression.

 

Pour le termes  « héraldique », étymologiquement, cela vient de « héraut d’armes ». Des officiels qui étaient entre autres des surintendants des armoiries et conservateurs des honneurs de la guerre, dont le blason est le symbole. À l’origine, la « gravure héraldique était donc la gravure de blasons, en volume ». Aujourd’hui, en France, être « graveur héraldique sous entend que que l’on est capable de graver aussi bien en deux dimensions (taille-douce) qu’en trois, en volume donc , notamment pour orner des bijoux. C’est malheureusement un abus de langage mais c’est ainsi. »

 

Thomas a choisi de s’intéresser, principalement, à l’ornementation d’objets tels que des médailles, des alliances, des chevalières ou des montres. Il travaille ainsi avec des professionnels, des bijoutiers qui proposent la gravure à la main à leurs clients. Cette technique, si elle est certes plus onéreuse que la gravure machine, est privilégié des connaisseurs notamment pour l’éclat de la gravure, mais pour son caractère unique. Ce regain d’intérêt pour l’artisanat, la qualité de la gravure, le choix de la calligraphie, incite également les particuliers à faire appel à Thomas.

 

Installé depuis début 2020 en coworking avec la maison horlogère nantaise Akrone, Thomas collabore souvent avec eux pour décorer leur garde-temps. C’est le cas notamment de la K-04 « métiers d’art » dont le boîtier est graver d’un tatouage japonais.

 

Avec ses clients, il est « libre d’exprimer sa créativité et propose des types d’écriture ou des dessins ». Il s’inspire aussi bien des dessins de la Renaissance que de la pop-culture. « Instagram lui donne également des idées et lui permet de faire de belles rencontres enrichissantes personnellement et professionnellement ».

Gravure héraldique par Thomas Brac
Gravure héraldique
Gravure à la main à Nantes
Gravure à la main
Métier d'art
Métier d'art

Les métiers d’art et la transmission

Pour Thomas, travailler dans « l’artisanat d’art est très important et le passionne ». Son mantra : « Faire mieux si possible, ce qui est toujours possible » (François Constantin). Alors que l’artiste crée spontanément quelque chose en espérant que cela plaira, l’artisan d’art, lui, répond à une demande, à une commande et tente de faire mieux que ce qui est attendu. L’artisanat d’art est donc à la frontière entre l’art et la technique, le savoir-faire. Devoir faire toujours mieux, progresser et apprendre tous les jours stimule et inspire Thomas.

 

La « transmission et la pédagogie sont très importantes pour préserver les savoirs-faire et revaloriser les métiers d’art ». Il tente d’organiser (la période est, disons, compliquée) des ateliers d’initiation à la gravure et enseigne à l’école de Saumur. Il commence même aussi à recevoir quelques stagiaires. Il cherche à faire murir son métier en apprenant chaque jour et en s’appuyant sur ce qu’on lui a transmis pour transmettre un jour à son tour.

 

 

Cet interview a été menée par Océane Le Sommer

Thomas Brac de la Perrière graveur héraldique à Nantes
Thomas Brac de la Perrière

Note : veuillez remplir les champs marqués d'un *.

Du mardi au samedi : 10h00 à 19h00

NantesLes Sables d'Olonne

06 61 09 24 23

yves@dress-me-up.fr

@____dressmeup